Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2017

L'Echec et la Clochardisation de l'Etat (8)

Ce qui s’est passé hier à Tataouine est une continuité d’une série d’évènements qui clochardisent l’Etat et le mettent sur une piste glissante et dangereuse menant vers sa dislocation.

La Clochardisation de l’Etat s’est encore confirmée hier lorsqu’aucune poursuite judiciaire n’a été enclenchée à l’encontre d’activistes politiques qui menacent l’intégrité territoriale de la patrie.

L’échec de l’Etat a encore été vérifié lorsque des partis politiques, faisant partie de la coalition qui le gouverne, encouragent les manifestants et leur insufflent la haine envers les autres régions du pays…

25/04/2017

Les enseignements du premier tour des élections françaises pour les progressistes tunisiens de gauche …

En observant de près le parcours des partis progressistes tunisiens après les élections de 2014, un seul constat s’impose : UNE OBSTINATION TÊTUE A REFUSER DE FAIRE UNE AUTOCRITIQUE ET A S’UNIR EN UN FRONT LAÏC PROGRESSISTE DE GAUCHE.

Partir désunis pour vaincre les islamistes lors des prochaines municipales ne fera que renforcer le positionnement de cette confrérie qui a, malgré les scandales qui la rattrapent de jour en jour, un vivier d’électeurs ou adeptes qui continueront à voter pour elle qu’elle que soit la nature de ces scandales.

Les figures emblématiques des progressistes tunisiens, avec tout le respect qu’on leur doit, doivent laisser la place à une nouvelle génération qui est à même de donner un sang neuf à la politique tunisienne et une vision aux tunisiens loin des dogmes religieux ou ceux découlant d’un quelconque matérialisme dialectique. Les tunisiens ont besoin de sécurité, ont besoin d’une sauvegarde de leur pouvoir d’achat, ont besoin d’une visibilité pour leur enfant, ont besoin d’une justice non sélective, et ont besoin d’une qualité d’une vie meilleure dans leurs agglomérations citadines ou campagnardes.

Resserrer les rangs, organiser et professionnaliser les partis progressistes au sein d’un front politique est de nature à améliorer le déploiement et la qualité de recrutement. Evidemment, l’argent reste le nerf de toute guerre et les cotisations des militants doivent être le socle du financement des activités des partis de ce front.

Le chiffre à retenir : Les candidats de la gauche française n’ont eu que 19% et 6% des voix, alors qu’unis leur score aurait pu dépasser les 30%.... Les égos et les faux calculs politiques ont eu raison de cette gauche, et les fraçais auront à choisir désormais entre la peste et le choléra… Ca me rappelle un certain jour de décembre 2014, et vu que rien n’a changé pour le moment, les mêmes causes auront les mêmes effets… A bon entendeur…

23/12/2016

Ce qu’on doit retenir des tunisiens et de la Tunisie (En réponse à l'article du journal "Le Figaro" : "La Tunisie, ce vivier du terrorisme mondial" du 23/12/16

Au vue de la conjoncture actuelle, il est de mon devoir de m’excuser auprès du Monde entier et il est de mon devoir de revivifier l’image ternie de la Tunisie.

La Tunisie n’est pas une mère nourricière, ni un terreau fertile pour les terroristes et pour le terrorisme.

Ce qu’on doit retenir de la Tunisie sont ses 10000 ans d’Histoire qui ont contribué à façonné brillamment le Monde depuis l’antiquité.

La Tunisie, c’est la civilisation Capsienne du néolithique et de la protohistoire.

La Tunisie, c’est la civilisation numide avec ses troglodytes isothermes, avec ses agriculteurs, ses chasseurs, ses dresseurs du cheval barbe, et ses mets succulents.

La Tunisie, c’est la République de Carthage et sa constitution, pionnière des cités antiques de toute la méditerranée, sans oublier Magon et son traité de l’agronomie qui ont façonné la carte agricole jusqu’à nos jour de la Tunisie et du pourtour méditerranéen.

La Tunisie, c’est la République de Carthage avec ses explorateurs qui sont arrivés jusqu’au Golfe de Guinée et leur découverte des Amériques avant les vikings, les arabes et les génois est défendue dans certaines thèses de l’Histoire.

La Tunisie, c’est la Synagogue de Ghriba qui a été le berceau du judaïsme Sépharade après la destruction du premier temple de Jérusalem en 586 av. J.-C. et qui a donné une pléthore d’érudits de la religion hébraïque.

La Tunisie, c’est la République de Carthage qui a donné le plus illustre stratagème de l’antiquité Hannibal Barca.

La Tunisie, c’est la province romaine d’Africa qui a donné son nom à tout un continent et qui était le grenier de Rome bien qu’elle hébergeait à l’époque entre 7 et 8 millions d’habitants. La Tunisie, c’est la province romaine qui a donné au Christianisme Saint-Augustin, et à l’empire Septime Sévères qui n’est que le plus illustre d’une pléthore de consuls et d’empereurs romano-africain.

La Tunisie, c’est Kairouan, première ville arabo-musulmane de l’Afrique du Nord, et la destination de tous ceux qui étaient désireux d’apprendre les valeurs humanistes de l’Islam.

La Tunisie, c’est Kairouan qui a propagé ses succursales théologiques dans tout le Maghreb, l’Andalousie et l’Afrique Subsaharienne.

La Tunisie, c’est Ibn Khaldoun qui a été le fondateur de la sociologie et est celui qui a inspiré Auguste Comte. La Tunisie, c’est Ibn Chabbat le plus illustre des hydrauliciens du moyen âge et dont le système d’irrigation dans les oasis est toujours d’actualité.

La Tunisie, c’est Ahmed Bey premier souverain arabo-musulman à se rendre en France, à abolir l’esclavagisme, à mettre en place une monarchie constitutionnelle et à constituer une école polytechnique. La Tunisie, c’est la terre d’accueil de tous les révolutionnaires d’Europe de Garibaldi, les Russes Blancs de Poudouchkine et les rescapés des Brigades Internationales après la guerre civile espagnole.

La Tunisie, c’est le 4è Régiment de Tirailleurs Tunisiens. Ces tirailleurs qui ont contribué activement dans la libération de l’Europe du Sud. Ces tirailleurs qui ont écrit avec leur sang à Verdun et à Monte Cassino les plus belles pages de l’Histoire de la lutte contre le fascisme et le nazisme.

La Tunisie, c’est Habib Bourguiba, Farhat Hached, Mahmoud Materi, Béhi Ladghem, Salah Ben Youssef, Hédi Chaker, Taieb Méhiri, Mondher Ben Ammar, Taher Chénik, Albert Bessis, André Barouch, André Cohen Hadria,… pères fondateurs de la Nation Tunisienne, de l’indépendance, libérateurs de la femme et de l’Etat Tunisien moderne.

La Tunisie, c’est Habib Bourguiba qui s’il a été écouté en 1964 par les palestiniens et leurs « tuteurs », le sort du moyen orient aurait été différent de celui qu’on connait aujourd’hui.

La Tunisie, c’est Young Perez, David Bellaich (Champions mondiaux de boxe anglaise), Mohamed Gammoudi, Habib Galhia, Oussama Melloula, Habiba Ghéribi, Oussama Oueslati, Féthi Missaoui, Ines Boubakri, Marwa Amri (Champions olympiques).

La Tunisie, c’est l’amour et la joie de vivre chantés par Habiba Messika, Khémaies Tarnen, Cheikh El Ifrit, Hédi Jouini, Raoul Journou, Sadok Thraya, Albert Perez, Mohamed Jamoussi, Maurice Mimoun, Ali Riahi, Oulaya, Hassiba Rochdi,…

La Tunisie, c’est le soleil et le beau peints par les peintres de l’Ecole de Tunis : Moses Levy, Jules Lelouche, Antonio Corpora, Yahia Turki, Zoubeir Turki, Ammar Farhat, Safia Farhat, Abdelaziz Gorgi, Edgar Naccache, Ali Bellagha,…

La Tunisie, c’est la vie interprétée par Abou Kacem Chebbi, Claudia Cardinale, Ali Ben Ayed, Hichem Rostom, Moncef Souissi, Abdelkader Mekded, Habiba Msika, Nouri Bouzid, Abdellatif Khechich, Tarek Ben Ammar, Michel Boujenah, Elie Kakou, Cyril Hanouna… La Tunisie, c’est le raffinement créé par Loris Azzaro, Max Azria, Ezzzddine Alaia, Hédi Slimane,…

La Tunisie, c’est la pensée produite par Mohamed Taher et Mohamed Fadhel Ben AZcour, Taher Hadded, Youssef Seddik, Hichem Djaiet, Mustapha Fersi, Midani Ben Salah, Mohamed Laaroussi Métoui, Mohamed Mzali, Hend Azzouz, Jamila Mejri,…

La Tunisie, c’est le printemps arabe dont on cueillera tôt ou tard les fruits…

La Tunisie a façonné, façonne et façonnera encore brillamment le Monde…

Vive la Tunisie

30/11/2016

L’échec et la clochardisation d’un Etat…

L’échec d’un Etat se concrétise lorsque le sentiment d’impunité se développe parmi ses citoyens…

L’échec d’un Etat se confirme lorsqu’il devient incapable de percevoir les impôts et de lutter contre l’évasion fiscale…

L’échec d’un Etat se confirme lorsqu’il s’acharne pour décimer sa classe moyenne au lieu de s’acharner sur les barons de la contrebande…

L’échec d’un Etat se confirme lorsque le secteur informel de son économie prend le dessus sur le secteur formel…

L’échec d’un Etat se confirme lorsque des milliers de ses jeunes citoyens, qu’il est censé protéger, partent pour pratiquer le terrorisme dans un pays tiers avec l’appui de certains de ses politiques …

La clochardisation de l’Etat conduit à des nominations douteuses et incompréhensibles dans le pouvoir exécutif…

L’échec d’un Etat se confirme avec la clochardisation de son pouvoir judiciaire qui devient incapable de demander des comptes à des terroristes, des hors-la-loi et à ceux qui les cautionnent…

La clochardisation de l’Etat conduit à la constitution de forces de sécurité intérieures à l’image d’une armée mexicaine : Plus d’officiers que de soldats…

La clochardisation d’un Etat se confirme lorsque des syndicats destituent des ministres dont les seuls méfaits sont de faire face aux caprices de ces mêmes syndicats…

La clochardisation d’un Etat conduit à miner par la corruption son bassin minier censé profiter à tous ses citoyens…