Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2011

Kamel Omrane : le summum de l’opportunisme religieux ou de l’hypocrisie politique?

J’avais de l’estime pour M. Kamel Omrane pour son érudition et ses prêches improvisés. Les dérives des discours de M. Kamel Omrane comme la quasi-totalité des imams démontrent de l’immoralité de l’accord tacite conclu entre les religieux et les mouvances islamistes. Les prmiers en quête de sauvegarder leurs privilèges, les seconds en quête d'asseoir leur pouvoir.

Cependant, le cas de M. Kamel Omrane est particulier. Il a été ministre de quelques heures dans le dernier gouvernement de la dictature. Ses prêches ont toujours été apolitiques : je ne me rappelle pas qu’il ait évoqué dans ses prêches les grèves de la faim de Taoufik Ben Brik, de Néjib Chebbi, de Maya Jéribi… Je ne me rappelle pas qu’il ait compati dans ses prêches avec Hamma Hammami lorsqu’il était le fugitif le plus populaire de Tunisie et je ne me rappelle pas non plus qu’il ait compati aussi avec Samir Dilou durant son supplice carcéral ni avec Moncef Marzouki durant son exil,… Je ne me rappelle d’aucune mention ou critique dans ses prêches des évènements du bassin minier en 2008 et du calvaire qu’a connu Mohamed Abbou durant cette époque. Et je ne me rappelle pas non plus qu’il ait condamné dans ses prêches la répression policière qui a sévit à Kasserine, Tala et Sidi Bouzid en décembre 2010.

Malheureusement, M. Kamel Omrane s’est hasardé depuis peu sur la pente glissante de la prostitution politique et est devenu un relais de transmission de la propagande islamiste.

Le 21/10/11, il a incité l’auditoire à voter le 23/10/11 en faveur du parti politique le plus proche de Dieu. Le 28/10/11, il a réclamé l’instauration de la journée de vendredi comme jour de repos hebdomadaire à la place du dimanche et tant pis pour toutes les autres considérations socio-économiques. Le 04/11/11, il s’est enfin rappelé dans son prêche du calvaire de Hammadi Jébali (sans le nommer dans la prêche (pour certains il parlait plutôt de Dr. Chourou)) dans sa cellule individuelle durant les années de plomb et s’est félicité que ce prisonnier notoire, qui n’avait pour compagnon dans sa cellule que le Coran et sa foi inébranlable, tiendra désormais les rênes du pays. Dans le prêche d'aujourd’hui, il a outrepasser son statut d'imam pour critiquer les sit-in et a presque excommunié les chômeurs (qui ne voulaient pas travailler!!!) et tous ceux dont le travail n’était pas productif. La perle de la prêche c’est que dans les pays musulmans l’Etat ne peut être qu’islamique….

J’ai failli vomir de dégoût…

 

28/09/2009

Débat Bahaï vs Musulman

 

<embed id=VideoPlayback src=http://video.google.com/googleplayer.swf?docid=-8098125608759203061&hl=fr&fs=true style=width:400px;height:326px allowFullScreen=true allowScriptAccess=always

12/08/2009

Où s’arrête la liberté d’expression?

Sommes-nous libres de tout dire et de tout déballer ? La réponse à cette question est très délicate. Mais, je vais la réserver pour un sujet brûlant et qui a de tout temps diviser la blogosphère tunisienne : La religion.

Si le législateur a garantit la liberté de culte et qu’il n’a pas imposé une religion particulière c’est parce que (et c’est mon avis) toutes les religions se valent et véhiculent à quelques différences près le même message. La préséance des religions est une affaire  (ou prétentions) de personnes qu’on nomme habituellement « clergé » et qu’une barrière invisible les sépare des extrémistes.

On a toujours diabolisé l’extrémisme religieux, que je condamne et que je combats très fortement, mais on a tendance à oublier que l’extrémisme athée est aussi une réalité. Cet extrémisme est aussi néfaste pour les libertés individuelles que le sont l’extrémisme chrétien, hindouiste, juif ou islamiste.

A mon sens les croyances religieuses sont un domaine sacré que personne n’a le droit de violer. Si un blogger ne conçoit pas l’idée du jeûne du ramadan, il n’a qu’à ne pas le pratiquer sans qualifier par des sobriquets peu convenants quelques centaines de millions de pratiquants de ce jeûne. Sa prochaine étape serait peut être la mise en cause de la virginité de Marie et de la divinité du Christ ou probablement il nierait les karmas et le concept de réincarnation adoptés par les boudhistes et les hindous ou encore le concept des 19 mois de l’année Béhai…

Du terrain religieux cet extrémisme athée pourrait affecter ensuite toutes les libertés individuelles et nous avons les meilleurs exemples avec le Stalinisme (que ce soit celui de Staline en URSS avec ses Goulag ou d’Anvar Khodja avec sa tyrannie légendaire en Albanie). Dans ce cas, l’athéisme devrait-il être mis en cause car certains individus l’ont mal interprété ou pratiqué?

Tolérance, j’écrirai ton nom…

19/01/2009

La République de Jérusalem est-elle une Utopie?

Je peux paraître pour plusieurs d’entre vous comme un utopiste déconnecté des réalités de ce monde. Mais maintenant que les hostilités s’apaisent et tendent à cesser, je profite de ce moment pour relancer une idée qui germait depuis 1917 dans l’esprit de plusieurs pacifistes : Une patrie où Juifs et Arabes se reconnaissent, coexistent en paix et bâtissent un monde meilleur.

Tout au long de l’histoire les juifs et les arabes ont vécu en paix partout où ils cohabitaient : en Arabie, en Andalousie, en Afrique du Nord… J’invite tous les septiques du monde à venir visiter Testour et voir comment un temple unique peut servir à prier Dieu de manières différentes : les musulmans l’utilisent le vendredi et les juifs l’utilisent le samedi.

Si nous avons réussi à cohabiter et à vivre ensemble par le passé qu’est ce qui nous empêche de le refaire une autre fois? Qu’est ce qui empêche l’association du génie hébreu et du génie arabo-palestinien pour construire un pays paisible ? Les zoulous et les boers sont-ils plus intelligents que les israéliens et les palestiniens? Peut-on encore cautionner un extrémisme nationaliste ou un extrémisme religieux? Peut on encore tuer au nom de je ne sais quelle cause ?

Et si l’argent dilapidé de part et d’autre servait à concrétiser cette Utopie?