Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2009

Où s’arrête la liberté d’expression?

Sommes-nous libres de tout dire et de tout déballer ? La réponse à cette question est très délicate. Mais, je vais la réserver pour un sujet brûlant et qui a de tout temps diviser la blogosphère tunisienne : La religion.

Si le législateur a garantit la liberté de culte et qu’il n’a pas imposé une religion particulière c’est parce que (et c’est mon avis) toutes les religions se valent et véhiculent à quelques différences près le même message. La préséance des religions est une affaire  (ou prétentions) de personnes qu’on nomme habituellement « clergé » et qu’une barrière invisible les sépare des extrémistes.

On a toujours diabolisé l’extrémisme religieux, que je condamne et que je combats très fortement, mais on a tendance à oublier que l’extrémisme athée est aussi une réalité. Cet extrémisme est aussi néfaste pour les libertés individuelles que le sont l’extrémisme chrétien, hindouiste, juif ou islamiste.

A mon sens les croyances religieuses sont un domaine sacré que personne n’a le droit de violer. Si un blogger ne conçoit pas l’idée du jeûne du ramadan, il n’a qu’à ne pas le pratiquer sans qualifier par des sobriquets peu convenants quelques centaines de millions de pratiquants de ce jeûne. Sa prochaine étape serait peut être la mise en cause de la virginité de Marie et de la divinité du Christ ou probablement il nierait les karmas et le concept de réincarnation adoptés par les boudhistes et les hindous ou encore le concept des 19 mois de l’année Béhai…

Du terrain religieux cet extrémisme athée pourrait affecter ensuite toutes les libertés individuelles et nous avons les meilleurs exemples avec le Stalinisme (que ce soit celui de Staline en URSS avec ses Goulag ou d’Anvar Khodja avec sa tyrannie légendaire en Albanie). Dans ce cas, l’athéisme devrait-il être mis en cause car certains individus l’ont mal interprété ou pratiqué?

Tolérance, j’écrirai ton nom…

24/05/2007

Ma Réponse

Je me suis toujours la question suivante : Une bonne philosophie ne pourrait-elle pas remplacer la réligion? Je réfléchis de plus en plus à cette question et les réponses sont tiraillées entre mon héritage réligieux et mon vécu personnel.

Je crois que toutes les religions apportent le même message d'amour et de tolérance pour l'humanité. Je crois que cette diversité facilite nos choix. Un jour j'ai eu une petite conversation avec le père d'un converti et sa réponse est pleine de sens : "tant mieux si Mohamed a fait de mon fils un meilleur homme que Jésus" (l'inverse aurait été vrai aussi).

Je crois que le peaufinement de l'humanité des hommes est l'essence même de toute religion. Ce qui est entre l'être humain et son créateur ne les concerne que tous les deux et personne ne devrait s'arroger le droit de parler au nom de Dieu ou de donner à Dieu une dimension humaine au niveau de la réflexion.

Si je pêche et qu'il ne me pardonne pas, c'est quoi la différence entre Lui et moi?

La préséance de l'Islam établie par nos prédécesseurs aurait pu être vrai à une certaine époque, mais personnellement je ne vois actuellement l'islam que dans le mode de vie occidental.

Par ailleurs cette préséance, si elle existe vraiment, entraînerait l'envoi de Mère Thérésa à la Géhenne et permettrait à Noureddine Bahija (ceux de l'Ariana connaissent bien ce petit bandit) d'accéder au paradis.

En conclusion, je dirai qu'un bon musulman est un bon juif qui est un très bon catholique, qui est un bon boudhiste, qui est un bon déiste qui est en définitive un être humain faisant ressortir son côté angélique.