Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2017

Les enseignements du premier tour des élections françaises pour les progressistes tunisiens de gauche …

En observant de près le parcours des partis progressistes tunisiens après les élections de 2014, un seul constat s’impose : UNE OBSTINATION TÊTUE A REFUSER DE FAIRE UNE AUTOCRITIQUE ET A S’UNIR EN UN FRONT LAÏC PROGRESSISTE DE GAUCHE.

Partir désunis pour vaincre les islamistes lors des prochaines municipales ne fera que renforcer le positionnement de cette confrérie qui a, malgré les scandales qui la rattrapent de jour en jour, un vivier d’électeurs ou adeptes qui continueront à voter pour elle qu’elle que soit la nature de ces scandales.

Les figures emblématiques des progressistes tunisiens, avec tout le respect qu’on leur doit, doivent laisser la place à une nouvelle génération qui est à même de donner un sang neuf à la politique tunisienne et une vision aux tunisiens loin des dogmes religieux ou ceux découlant d’un quelconque matérialisme dialectique. Les tunisiens ont besoin de sécurité, ont besoin d’une sauvegarde de leur pouvoir d’achat, ont besoin d’une visibilité pour leur enfant, ont besoin d’une justice non sélective, et ont besoin d’une qualité d’une vie meilleure dans leurs agglomérations citadines ou campagnardes.

Resserrer les rangs, organiser et professionnaliser les partis progressistes au sein d’un front politique est de nature à améliorer le déploiement et la qualité de recrutement. Evidemment, l’argent reste le nerf de toute guerre et les cotisations des militants doivent être le socle du financement des activités des partis de ce front.

Le chiffre à retenir : Les candidats de la gauche française n’ont eu que 19% et 6% des voix, alors qu’unis leur score aurait pu dépasser les 30%.... Les égos et les faux calculs politiques ont eu raison de cette gauche, et les fraçais auront à choisir désormais entre la peste et le choléra… Ca me rappelle un certain jour de décembre 2014, et vu que rien n’a changé pour le moment, les mêmes causes auront les mêmes effets… A bon entendeur…

Écrire un commentaire