Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2016

Ce que j'attends des municipales...

Nul ne conteste que les trois dernières échéances électorales, même si elles ont permis d'enraciner de plus en plus la démocratie dans notre pays, n'ont pas été à la hauteur des attentes des tunisiens qui n'ont vécu depuis 2011 que des années de disettes générées essentiellement pas la gestion désastreuse des affaires de l'Etat par la défunte Troïka. 

Les élections de 2014 n'ont pas non plus soulagé les douleurs des tunisiens qui continuent de payer quotidiennement un lourd tribut, perceptible à travers l'érosion du pouvoir d'achat, l'agonie de la classe moyenne et l'insécurité causée par le terrorisme. Après ces élections, le sentiment d'avoir été bernés par les politiques de tous bords n'est que de plus en plus fort chez les tunisiens : éclosion d'un affairisme douteux, une justice de plus en plus étouffée par le pouvoir exécutif qui privilégie une coalition politique fragile et contre nature générant un sentiment d'impunité...

Les prochaines élections municipales, une planche de salut est tendue encore une fois aux politiques , et je crois que ça sera la dernière, pour expier leurs pêchés envers les tunisiens. Ces élections, contrairement aux précédentes, sont de nature à améliorer sensiblement le quotidien des tunisiens. Ces leviers d'amélioration : la bataille contre l'anarchie, la non application de la loi et la préservation de l'environnement auront des impacts significatifs pour rendre les agglomérations tunisiennes des endroits où il fait bon d'y vivre.

Je rêve de rues dont les trottoirs sont ombragés par de beaux arbres, je rêves de rues bien tracées et sans nid de poules, je rêve d'un modèle urbanistique s'inspirant de notre héritage culturel, je rêve de halles respectant le commerçant et le consommateur, je rêve d'espaces verts et de parcours de santé à profusion,.... Je rêve encore et encore...

 

Les commentaires sont fermés.