Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2011

Kamel Omrane : le summum de l’opportunisme religieux ou de l’hypocrisie politique?

J’avais de l’estime pour M. Kamel Omrane pour son érudition et ses prêches improvisés. Les dérives des discours de M. Kamel Omrane comme la quasi-totalité des imams démontrent de l’immoralité de l’accord tacite conclu entre les religieux et les mouvances islamistes. Les prmiers en quête de sauvegarder leurs privilèges, les seconds en quête d'asseoir leur pouvoir.

Cependant, le cas de M. Kamel Omrane est particulier. Il a été ministre de quelques heures dans le dernier gouvernement de la dictature. Ses prêches ont toujours été apolitiques : je ne me rappelle pas qu’il ait évoqué dans ses prêches les grèves de la faim de Taoufik Ben Brik, de Néjib Chebbi, de Maya Jéribi… Je ne me rappelle pas qu’il ait compati dans ses prêches avec Hamma Hammami lorsqu’il était le fugitif le plus populaire de Tunisie et je ne me rappelle pas non plus qu’il ait compati aussi avec Samir Dilou durant son supplice carcéral ni avec Moncef Marzouki durant son exil,… Je ne me rappelle d’aucune mention ou critique dans ses prêches des évènements du bassin minier en 2008 et du calvaire qu’a connu Mohamed Abbou durant cette époque. Et je ne me rappelle pas non plus qu’il ait condamné dans ses prêches la répression policière qui a sévit à Kasserine, Tala et Sidi Bouzid en décembre 2010.

Malheureusement, M. Kamel Omrane s’est hasardé depuis peu sur la pente glissante de la prostitution politique et est devenu un relais de transmission de la propagande islamiste.

Le 21/10/11, il a incité l’auditoire à voter le 23/10/11 en faveur du parti politique le plus proche de Dieu. Le 28/10/11, il a réclamé l’instauration de la journée de vendredi comme jour de repos hebdomadaire à la place du dimanche et tant pis pour toutes les autres considérations socio-économiques. Le 04/11/11, il s’est enfin rappelé dans son prêche du calvaire de Hammadi Jébali (sans le nommer dans la prêche (pour certains il parlait plutôt de Dr. Chourou)) dans sa cellule individuelle durant les années de plomb et s’est félicité que ce prisonnier notoire, qui n’avait pour compagnon dans sa cellule que le Coran et sa foi inébranlable, tiendra désormais les rênes du pays. Dans le prêche d'aujourd’hui, il a outrepasser son statut d'imam pour critiquer les sit-in et a presque excommunié les chômeurs (qui ne voulaient pas travailler!!!) et tous ceux dont le travail n’était pas productif. La perle de la prêche c’est que dans les pays musulmans l’Etat ne peut être qu’islamique….

J’ai failli vomir de dégoût…

 

Les commentaires sont fermés.