Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2011

Par qui la Tunisie devraient-elle être gouvernée? Par le plus compétent ou par celui qui a souffert le plus?

 

La Tunisie devrait-elle être gouvernée par le plus compétent ou par celui qui a souffert le plus sous la dictature?

La primauté de la compétence semble être la réponse la plus évidente à cette question, mais qui pourrait prétendre à l’excellence dans ce domaine? Il y a quelques critères objectifs qui permettront de se faire une idée loin de toute démagogie ou idéologie.

i) Les prochaines échéances électorales permettront de «nettoyer» le paysage politique de certains partis parasites. Ii) Ceux qui ont réussi auront à constituer un gouvernement d’union nationale (si l’actuel gouvernement n’est pas reconduit) dont le rendement concernant les chantiers à court terme (sécurité, IDE, corruption,…) sera crucial, une percée ou une débâcle, pour les partis qui le composent, et iii) les échéances électorales relatives aux communales (ou municipales) devraient suivre de près la constitution d’un gouvernement d’union nationale. Le rendement des conseils municipaux sera déterminant pour l’affirmation de la compétence des partis dans la gestion du domaine public.

Evidemment, cela suppose un travail antérieur relatif à la dynamique de recrutement des partis et l’encadrement des militants surtout en terme de qualité loin de tout discours passionnel ou endoctrinant.

Les commentaires sont fermés.