Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2011

Saurions-nous éviter le péril islamiste? (1)

La démocratie donne le droit à chacun d’exprimer librement ses opinions politiques. L’autorisation d’un parti islamiste est dans ce cas licite même si je continue à croire que c’est malsain. Je m’explique.

Lors de mes études universitaires, j’avais côtoyé des militants islamistes du temps de la défunte UGTE (Syndicat des étudiants à tendances islamiste) et leur comportement à l’encontre de tous ceux qui ne partageaient pas leur opinion m’avait profondément choqué (exclusion, violence,…). Par ailleurs, ce que j’ai vu hier à l’aéroport Tunis Carthage m’a renvoyé à cette époque des batailles rangées entre les militants de l’UGTE et les militants de l’UGET (syndicat des étudiants progressistes toutes tendances confondues). Par conséquent, rien n’a changé : ni le discours, ni les agissements. Je ne peux pas parler de programme sociétal vu qu’ils n’en ont pas.

Pourquoi j’ai des ressentiments à l’encontre de l’islamisme? L’article suivant du magazine « Jeune Afrique » (n° 2610 du 16 au 22 janvier 2011) résume mes craintes. A vous de juger.

«En Somalie au moins les choses sont claires. Les milices islamistes qui contrôlent une large partie du territoire, sont là pour s’en assurer. Vendre du qat, c’est mal. Regarder un match de foot à la télé c’est mal. Porter un soutien-gorge c’est mal. Se raser la barbe c’est mal. Ecouter de la musique c’est mal. Diffuser tout un Jingle à la radio, c’est mal. Marcher à côté d’un homme qui n’est pas de sa famille, lui parler ou, pire, lui serrer la main, c’est très mal.

Délits mineurs, pensez-vous?

Chacun des crimes gravissimes précédemment citées est – dans le meilleur des cas – passible d’une peine de prison et de plusieurs dizaines de coups de fouet. A moins de tomber sur un milicien zélé qui décide de régler la question rapidement, une petite balle et on n’en parle plus. Bienvenue en Somalie. »

Saurions nous éviter ce péril à notre pays ?

Commentaires

Les somaliens font n'importe quoi, c'est un pays en guerre ou le sang à coulé longtemps .Il est donc difficile de les changer dans une telle situation.En tunisie c'est différent les gens éprouvent une aversion pour ceux qui versent le sang.Durant la révolution française il y a eu énormément de sang versé, cer qui n'est pas notre cas. En france ce sont des millers de gens qui ont été décapités sans oublier ceux massacrés d'une autre manière.Ceux des nôtres qui sont morts le sont des mains du pouvoir alors que les milliers de morts de la révolution l'ont été des mains des révolutionnaires .
En afrique noir, tu te fais tuer pour un rien et tu es jetté dans le fossé sans que personne ne s'en préoccupe.Cela n'a jamais été notre cas .

Écrit par : 1789 | 01/02/2011

Les commentaires sont fermés.