Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2011

UGTT : un temple pour le syndicalisme ou pour la culture de l’anarchie ?

jrad dégage.jpgQue vise exactement l’UGTT ?

Une question qui je n’arrêtai pas à me poser depuis les démissions surprises, des représentants de la centrale syndicale, du gouvernement de transition.

Une question que j’ai posée aussi à plusieurs de mes amis qui sont restés eux aussi dans le désarroi.

J’ai suivi des débats télévisés, des débats radiophoniques et j’ai commencé à avoir quelques éléments de réponses.

Tout d’abord je tiens à rappeler ceci à une grande frange de syndicalistes contestataires et surtout à leurs instances dirigeantes qui se sont succédé à la tête de la centrale syndicale depuis 1989 :

VOUS AVEZ COUCHE AVEC L’ANCIEN RÉGIME.

IL N’Y A PAS LONGTEMPS VOUS AVEZ RÉCLAME LA RÉÉLECTION DU PRÉSIDENT DÉCHU  EN 2014.

PENDANT 23 ANS VOUS N’AVEZ RIEN FAIT POUR VOS BASES.

CHAQUE 3 ANS VOUS PARTICIPIEZ EN COURBANT L’ECHINE DANS UN SIMULACRE DE NEGOCIATIONS SOCIALES QUI N’ONT FAIT QU’ALTERER NOTRE POUVOIR D’ACHAT.

Par conséquent, l’UGTT n’a pas à s’arroger le droit de vouloir défendre les intérêts du peuple tunisien. Le peuple tunisien n’a pas eu besoin de l’UGTT pour conduire sa révolution. Cette révolution dont la chiquenaude a été LE DROIT AU TRAVAIL ET A LA DIGINTE.

Que fait l’UGTT (ou les contestataires opportunistes de l’UGTT) actuellement : Elle altère sa volonté de travail et d’aller vers un avenir meilleur.

Personnellement, à l’aube de la révolution et après les tractations faites pour la formation du gouvernement de transition, je m’attendis à ce que les syndicalistes prennent des décisions hardies en organisant un congrès extraordinaire permettant l’éviction de la vieille garde corrompue siégeant actuellement dans leur Bureau Exécutif.

Je m’attendis à ce que les syndicalistes s’attellent pour réformer différents secteurs qui ont pâti sous l’ancien régime tels que : l’enseignement, la santé publique, l’employabilité dans le secteur public,…

Je m’attendis, après la reprise de travail, à ce que les syndicalistes améliorent l’encadrement leurs bases syndicales pour une meilleure productivité…

Moi et des millions de tunisiens attendîmes en vain…

Cependant, je ne désespère pas…

Je rappelle à tous les syndicalistes contestataires qu’il y a maintenant une opposition politique (certes à l’état embryonnaire) qui commence à s’organiser et à se structurer en partis, ayant leurs chartes, leurs programmes politiques et leurs militants.

Par conséquent, l’UGTT aura à laisser la politique aux politiques et revenir à son rôle naturel et essentiel qui est la défense des intérêts communs de tous les travailleurs.

Mais dans l’immédiat il y a urgence à ce que l'UGTT lave son propre linge sale.

A bons entendeurs…

Les commentaires sont fermés.