Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2010

Les trésors de la Dynastie Husseinite

husseinites.jpgJe ne suis pas monarchiste ni un passéiste nostalgique d’une époque présentée, à tort, comme étant faste et bienveillante. Je suis un enfant de la République et c’est grâce aux avantages qu’elle a présentée à ma génération  que je ne suis pas un berger analphabète dans la campagne sahélienne ou bizertine (quoique j’envie par moment ces bergers).

La Dynastie Husseinite avait gouverné le pays pendant plus de 253 ans et avait vu la succession de 19 Beys. Certains s’étaient attelés à moderniser le pays en mettant en place un pouvoir central fort, une administration moderne, un découpage administratif prenant en compte les spécificités régionales du pays. Leurs œuvres majeures rles définissent comme étant les premiers dans le monde arabo-musulman  abolir l’esclavage, avant même la France, et à mettre en place une constitution octroyant à la "plèbe" des droits civiques.

D’autres Beys avait démoli les œuvres de leurs prédécesseurs en plongeant le pays dans le chaos : guerres civiles, fiscalité lourde, répressions sanglantes…. D’autres avaient bradé le pays pour assouvir des besoins libidineux (perte de Lampadeusa, perte du constantinois,…) et avaient fini par installer le protectorat.

Quoiqu’il en soit, la Dynastie Husseinite méritait un sort plus respectable que celui qui lui avait été réservé. Certes, la transition n’a pas été sanguinaire comme en Iraq, au Yémen ou en Libye, ses membres n’ont pas été contraints à l’exil comme en Egypte, mais le dépouillage  et la dépossession qu’ils ont subi étaientt dégradants, diaboliques et cyniques.

A l’aube de la transition les sbires de certains opportunistes malveillants ont sillonné toutes les demeures beylicales pour récupérer les bijoux, les œuvres d’art, les antiquités et les cadeaux offerts à la cours. Le prétexte utilisé à l’époque était la création d’un musée à la mémoire de la Dynastie Husseinite, mais aucun officiel de ceux qui avaient rédigé leurs mémoires ne touchait à ce sujet assez sensible pour expliquer où étaient passés toutes ses acquisitions, l’identité des instigateurs de ce dépouillage, la position de Bourguiba vis-à-vis de ce que faisait son épouse…

L’Histoire finira un jour par nous dévoiler cet épisode inconnu, de juillet 1957 jusqu’au milieu des années 1960, relatif à la répression "par le vol" de ce qui restait d’une dynastie qui avait écrit des chapitres glorieux de l’Histoire Tunisienne. Des essais timides ont commencé avec Mokhtar Bey et Fayçal Bey mais dont l’objectivité reste suspecte, j’espère que d’autres plus objectifs prendront le relais.

Commentaires

Je commence ma journée avec ton article ! Intéressant.
C'est une journée qui commence bien :)
Il y a un groupe sur facebook qui "essaie de répondre, évidemment, dans la mesure des possibilités, aux questions des membres relatives aux différents épisodes de l'histoire de la Tunisie"
Ton article y trouvera sa place.
--> http://www.facebook.com/group.php?gid=226377022933

Écrit par : Alexus | 12/01/2010

En 1988 ou 1989 , le magazine Réalités a publié un reportage intéressant sur la disparition du patrimoine de la dynastie ..à la même époque la télévision tunisienne a diffusé une reportage sur le même sujet ....c'était l'époque des langues déliées après tant d'années de silence sur ce sujet tabou

Écrit par : anonyme 17 | 12/01/2010

perte de Lampadeusa? je suis un peu intrigue par cette information, ca me rappelle aussi un autre post d'un bloggeur tunisien parlant des frontieres avec l'algerie.

IK

Écrit par : imperator | 12/01/2010

Les commentaires sont fermés.