Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2009

Les magistrats britanniques

J’ai toujours cru et je crois encore que la réussite d’un pays et le bien être de ses habitants sont étroitement liés à l’indépendance du pouvoir judiciaire et à son impartialité dans la promulgation de ses décisions. L’Histoire ancienne et moderne a montré que cette partialité dépend en grande partie des conditions matérielles des magistrats.

Si ces magistrats sont bien rémunérés (et non pas correctement rémunérés), le gouvernant et les gouvernés se sentent en sécurité et se respectent mutuellement car ils se savent à l’abri de leurs excès réciproques. A l’aube du califat islamique, c'est-à-dire à un moment où les musulmans étaient moins corrompus, moins cupides et habités par une foi et un amour de la justice inébranlables, les juges (ou cadis) prélèvent directement un pourcentage du trésor islamique (beit el mel), cette décision a été promulgué par le calife Abou Bakr et confirmé par ses successeurs. Le Calife Abou Bakr a expliqué sa décision par sa volonté de supprimer toute tentation matérielle pouvant habiter un juge dans le besoin.

Il y a quelques jours j’ai appris qu’il y a un pays, mais de culture et de tradition chrétienne, qui applique encore ce système. En effet, en Grande Bretagne les juges n’ont pas de salaire et prélèvent directement dans la trésorerie royale et loin de toute polémique on connaît bien l’efficacité du système judiciaire britannique qui fait, en partie, de la Grande Bretagne le premier refuge des exilés de tous bords et de toutes conditions.

Ce système pourrait-il être appliqué actuellement dans des pays musulmans? Et si cette application était impossible serait-elle à cause de difficultés économiques que connaissent la majorité des pays musulmans ou à cause d’une quelconque cupidité qui fait désormais partie de nos gènes ? Un juge musulman bénéficiant d’un droit de prélèvement illimité dans la trésorerie de son pays ne risquerait-il pas de confondre ses besoins à ceux de toute sa tribu ou sous-tribu ?...

Commentaires

Bon concernant la question est-ce que ça peu s appliquer dans un pays musulman je pense ça serait un peu difficile vu dejà l expansion demographique ( avant ce concept s appliquait pluot au nv d une communauté : nombre de citoyens assez limité l entente sur un sujet était plus facileet bien evidemment il y avaient moins de conflits et de problémes ) mais de nos jours c est tellment compliqué partout et au nv de tt les secteurs qu il serait difficile d appliquer ce concept . Tu me diras oui mais ça existe en grande Bretagne alors prkoi pas dans un pays musulman bah je crois que la reussite de la grande Bretagne est un peu dù au fait que ça fait partie de leurs traditions juridiques ça a été comme ça depuis longtemps ils ont su l adopté et s y adapté .
Mais concernant ns les musulmans venir avec cette idée là en ce moment de totale fragilité d identité ça pourrait perturber encore plus les choses.
je pense qu avant tt la reussite d un tel concept depend des mentalités des gens concernés ( ici surtt les juges) leur capacité a avoir conscience de leurs limites et de l importance de leur role mais vu que nv mentalités et organisation c est pas vraiment ça donc ...

une vision un peu pissimiste mais j espere qu un jour ça changera et surtt progressera .

Écrit par : ilya | 13/07/2009

Les commentaires sont fermés.