Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2008

Le régionalisme : nouvelle gangrène qui meace la Tunisie

Toute personne appelée à faire une étude sur la composition ethnique de la Tunisie avancera certainement ces conclusions : 99 % d’arabes (ou d’arabisés, ou d’arabophones), 99 % de musulmans, 98 % de ces musulmans pratiquent le rite malékites. Au vu de ces conclusions aucune menace ne plane sur notre pays jalousés par tous les autres pays arabes du Maghreb ou du proche et moyen orient.

Cependant, il n’est pas rare d’entendre des aberrations qui parlent du peuple gafésiens, du peuple sfaxiens, du peuple bizertin,… Ce genre de revendications n’a pas eu lieu depuis l’époque hilalienne. L’origine de ce phénomène trouve-t-il son origine uniquement dans le chauvinisme footballistique? La réponse peut être équivoque.

La scène footballistique est pratiquement la même depuis presque un siècle et les slogans régionalistes que nous entendons aujourd’hui n’existaient pas il y a à peine une vingtaine d’années. Ce phénomène serait-il le cumul des erreurs de plusieurs décennies d’une fausse politique de décentralisation, et les foules ne trouvent plus de défouloirs que dans (ou sur) les terrains de foot?

Bourguiba a réussi à l’aube de l’indépendance à supprimer les appartenances tribales. Ces manœuvres pour constituer un idéal : La Nation Tunisienne sont légendaires. Mais sa politique avait un double tranchant, vu qu’elle a favorisé l’émergence de certaines régions et en a défavorisé d’autres. Faudrait-il reprocher cette politique à Bourguiba ou à ceux qui interprétaient mal ses intentions?

A titre d’exemples :

-Les décideurs et les promoteurs des grands projets industriels des années 60-70 avaient soigneusement évité Sousse, Monastir et Mahdia pour éviter la pollution de ces rivages jugés plus propice pour une activité touristique naissante. On a sacrifié au nom du développement et de la décentralisations les villes paisibles de Bizerte (Raffinerie et Cimenterie), Sfax (phospho-gypse) et Gabès. Aucun chiffre officiel ne nous parle des taux de leucémie et de mortalité dans ces villes constamment polluées.

-Un stéréotype circule depuis plusieurs années et qui stipule ceci : la politique appartient au «swa7lia», l’économie appartient aux sfaxiens et Djerbiens, la misère appartient aux autres J Mais ça ne reste qu’un stéréotype…

A mon avis le phénomène est encore maitrisable vu qu’il ne concerne actuellement que la plèbe facilement excitable et manipulable… Les campus des universités ont réussi à faire rencontrer toutes les régions de la Tunisie. Ces campus ont réussi à faire sauter tous les stéréotypes véhiculés pendant des siècles d’ignorance. Les mariages ont dépassé le cadre régional et nous serons presque tous des tunisiens avant d’être autre chose d’ici une à deux générations…

Commentaires

C'est vrai ce que tu dis.... sauf que les Sfaxiens sont vraiment les meilleurs!!!!

ha ha ha ha....

http://massir.blogs.psychologies.com/mon_massir/2007/05/sfax.html

Écrit par : massir | 05/08/2008

le régionalisme est un phénomène mondial, on le trouve en Tunisie mais aussi en France en Suisse aux USA et le cas d'actualité, de nos jours, en Belgique (entre Flamands & Wallons).
Bref, le cas de la Tunisie c'est que le phénomène se métamorphose dangereusement par l'intermédiaire d'un outil si populaire, qu'est le Football, qu'on pourrait facilement imaginer les futurs engrenages de cette « mutinerie » sociale. Conséquence directe de la répression politique, les gens se dirigent vers le speech sportif qui dans le cas de la Tunisie, regroupe des idéaux mille fois plus extrémistes que le monde des affaires ou de la pseudo-politique que nous subissons. Les autorités sont vraisemblablement très conscientes du danger qui guète la société civile mais ne trouvent, encore et encore, que la répression pour freiner le monté du ce fléau. Le système est encore stable et les doses de morphines que dont l'État fait usage font le boulot pour le moment...

Écrit par : vympel | 05/08/2008

Il faut bien que les personnes superficielles, fausses et banales se trouvent quelque choses pour se sentir exister... le regionalisme entre autre...
c'est toujours un plaisir de te lire ovide... quoi que c'est mon premier commentaire chez toi :)

Au plaisir

Écrit par : manna | 16/08/2008

Les commentaires sont fermés.