Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2017

L'Echec et la Clochardisation de l'Etat (8)

Ce qui s’est passé hier à Tataouine est une continuité d’une série d’évènements qui clochardisent l’Etat et le mettent sur une piste glissante et dangereuse menant vers sa dislocation.

La Clochardisation de l’Etat s’est encore confirmée hier lorsqu’aucune poursuite judiciaire n’a été enclenchée à l’encontre d’activistes politiques qui menacent l’intégrité territoriale de la patrie.

L’échec de l’Etat a encore été vérifié lorsque des partis politiques, faisant partie de la coalition qui le gouverne, encouragent les manifestants et leur insufflent la haine envers les autres régions du pays…

25/04/2017

Les enseignements du premier tour des élections françaises pour les progressistes tunisiens de gauche …

En observant de près le parcours des partis progressistes tunisiens après les élections de 2014, un seul constat s’impose : UNE OBSTINATION TÊTUE A REFUSER DE FAIRE UNE AUTOCRITIQUE ET A S’UNIR EN UN FRONT LAÏC PROGRESSISTE DE GAUCHE.

Partir désunis pour vaincre les islamistes lors des prochaines municipales ne fera que renforcer le positionnement de cette confrérie qui a, malgré les scandales qui la rattrapent de jour en jour, un vivier d’électeurs ou adeptes qui continueront à voter pour elle qu’elle que soit la nature de ces scandales.

Les figures emblématiques des progressistes tunisiens, avec tout le respect qu’on leur doit, doivent laisser la place à une nouvelle génération qui est à même de donner un sang neuf à la politique tunisienne et une vision aux tunisiens loin des dogmes religieux ou ceux découlant d’un quelconque matérialisme dialectique. Les tunisiens ont besoin de sécurité, ont besoin d’une sauvegarde de leur pouvoir d’achat, ont besoin d’une visibilité pour leur enfant, ont besoin d’une justice non sélective, et ont besoin d’une qualité d’une vie meilleure dans leurs agglomérations citadines ou campagnardes.

Resserrer les rangs, organiser et professionnaliser les partis progressistes au sein d’un front politique est de nature à améliorer le déploiement et la qualité de recrutement. Evidemment, l’argent reste le nerf de toute guerre et les cotisations des militants doivent être le socle du financement des activités des partis de ce front.

Le chiffre à retenir : Les candidats de la gauche française n’ont eu que 19% et 6% des voix, alors qu’unis leur score aurait pu dépasser les 30%.... Les égos et les faux calculs politiques ont eu raison de cette gauche, et les fraçais auront à choisir désormais entre la peste et le choléra… Ca me rappelle un certain jour de décembre 2014, et vu que rien n’a changé pour le moment, les mêmes causes auront les mêmes effets… A bon entendeur…

06/04/2017

Le Bourguibisme ne mourra jamais...

Deux citations de Bourguiba me viennent toujours à l’esprit

« Etre réaliste, c'est préférer une réforme modeste, qui en permet une autre, à un miracle impossible »

Et,

« D’une poussière d’individus, d’un magma de tribus, de sous tribus, tous courbés sous le joug de la résignation et du fatalisme, j’ai fait un peuple de citoyens »

Deux citations qui ne peuvent émaner que d’un visionnaire capable de donner une vision et capable de faire adhérer autour de cette vision.

Aujourd’hui, il est indéniable que Bourguiba fut le bâtisseur d’une nation et d’un Etat. L’Histoire a donné raison à ses choix stratégiques contestés à l’aube de l’indépendance, et l’a fait intégrer dans le club restreint et le panthéon des Grands Hommes Politiques de l’Histoire moderne de la trempe de Napoléon, de Mohamed Ali Pacha, de Bismarck, d'Atatturk et de De Gaule.

Certes, il n’a pas su raccrocher et quitter le pouvoir à temps et qu’il a échoué à engager un processus visant à l’instauration d’une démocratie. Mais ces faits n’ombragent en rien son œuvre.

Un ramassis d’énergumènes ont tenté par le passé et tentent encore de ternir l’image de Bourguiba et du bourguibisme, mais leur haine et leurs déformation des vérités historiques ne les mèneront que vers la poubelle de l’Histoire.

En ce jour, je ne peux que rendre encore une fois à ce Grand Homme que fut Habib Bourguiba.

26/12/2016

Les revenants terroristes : Peine Capitale ou déchéance de nationalité ? (En réponse à Rached Ghannouchi et ses accolytes)

La classe politique tunisienne, la société civile et les citoyens sont devant un faux dilemme moral relatif aux revenants terroristes, car des réponses apportées à certaines questions, des mieux appropriées, seraient de nature à orienter facilement le choix.

  1. Quelles sont les filières qui ont organisé le départ de ces terroristes vers la Syrie, la Libye, l’Irak et le Yémen ?
  2. De quelles couvertures politiques et de quelles collaborations sécuritaires (internes et externes) ont bénéficié ces filières ?
  3. Celui qui a pris la décision d’aller tuer avec préméditation, dans les pays sus-cités et en étant majeur au moment des faits, mériterait-il d’être gracié ou d’être jugé avec laxisme ?
  1. Notre armée et nos forces de sécurité intérieures auraient-ils les ressources nécessaires pour faire face à l’équivalent de deux brigades aguerries ?
  2. Que pourrions-nous attendre de 6000 combattants dont la férocité n’est plus à démontrer et qui ont fait face aux syriens, aux iraniens, aux irakiens, aux yéménites, aux libyens, aux kurdes, aux russes, aux différentes milices chiites (dont le Hezbollah), et aux autres fractions terroristes ?

Je crois que le choix entre la peine capitale et la déchéance de nationalité n’impose aucune troisième alternative.