Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2016

Les revenants terroristes : Peine Capitale ou déchéance de nationalité ? (En réponse à Rached Ghannouchi et ses accolytes)

La classe politique tunisienne, la société civile et les citoyens sont devant un faux dilemme moral relatif aux revenants terroristes, car des réponses apportées à certaines questions, des mieux appropriées, seraient de nature à orienter facilement le choix.

  1. Quelles sont les filières qui ont organisé le départ de ces terroristes vers la Syrie, la Libye, l’Irak et le Yémen ?
  2. De quelles couvertures politiques et de quelles collaborations sécuritaires (internes et externes) ont bénéficié ces filières ?
  3. Celui qui a pris la décision d’aller tuer avec préméditation, dans les pays sus-cités et en étant majeur au moment des faits, mériterait-il d’être gracié ou d’être jugé avec laxisme ?
  1. Notre armée et nos forces de sécurité intérieures auraient-ils les ressources nécessaires pour faire face à l’équivalent de deux brigades aguerries ?
  2. Que pourrions-nous attendre de 6000 combattants dont la férocité n’est plus à démontrer et qui ont fait face aux syriens, aux iraniens, aux irakiens, aux yéménites, aux libyens, aux kurdes, aux russes, aux différentes milices chiites (dont le Hezbollah), et aux autres fractions terroristes ?

Je crois que le choix entre la peine capitale et la déchéance de nationalité n’impose aucune troisième alternative.

23/12/2016

Ce qu’on doit retenir des tunisiens et de la Tunisie (En réponse à l'article du journal "Le Figaro" : "La Tunisie, ce vivier du terrorisme mondial" du 23/12/16

Au vue de la conjoncture actuelle, il est de mon devoir de m’excuser auprès du Monde entier et il est de mon devoir de revivifier l’image ternie de la Tunisie.

La Tunisie n’est pas une mère nourricière, ni un terreau fertile pour les terroristes et pour le terrorisme.

Ce qu’on doit retenir de la Tunisie sont ses 10000 ans d’Histoire qui ont contribué à façonné brillamment le Monde depuis l’antiquité.

La Tunisie, c’est la civilisation Capsienne du néolithique et de la protohistoire.

La Tunisie, c’est la civilisation numide avec ses troglodytes isothermes, avec ses agriculteurs, ses chasseurs, ses dresseurs du cheval barbe, et ses mets succulents.

La Tunisie, c’est la République de Carthage et sa constitution, pionnière des cités antiques de toute la méditerranée, sans oublier Magon et son traité de l’agronomie qui ont façonné la carte agricole jusqu’à nos jour de la Tunisie et du pourtour méditerranéen.

La Tunisie, c’est la République de Carthage avec ses explorateurs qui sont arrivés jusqu’au Golfe de Guinée et leur découverte des Amériques avant les vikings, les arabes et les génois est défendue dans certaines thèses de l’Histoire.

La Tunisie, c’est la Synagogue de Ghriba qui a été le berceau du judaïsme Sépharade après la destruction du premier temple de Jérusalem en 586 av. J.-C. et qui a donné une pléthore d’érudits de la religion hébraïque.

La Tunisie, c’est la République de Carthage qui a donné le plus illustre stratagème de l’antiquité Hannibal Barca.

La Tunisie, c’est la province romaine d’Africa qui a donné son nom à tout un continent et qui était le grenier de Rome bien qu’elle hébergeait à l’époque entre 7 et 8 millions d’habitants. La Tunisie, c’est la province romaine qui a donné au Christianisme Saint-Augustin, et à l’empire Septime Sévères qui n’est que le plus illustre d’une pléthore de consuls et d’empereurs romano-africain.

La Tunisie, c’est Kairouan, première ville arabo-musulmane de l’Afrique du Nord, et la destination de tous ceux qui étaient désireux d’apprendre les valeurs humanistes de l’Islam.

La Tunisie, c’est Kairouan qui a propagé ses succursales théologiques dans tout le Maghreb, l’Andalousie et l’Afrique Subsaharienne.

La Tunisie, c’est Ibn Khaldoun qui a été le fondateur de la sociologie et est celui qui a inspiré Auguste Comte. La Tunisie, c’est Ibn Chabbat le plus illustre des hydrauliciens du moyen âge et dont le système d’irrigation dans les oasis est toujours d’actualité.

La Tunisie, c’est Ahmed Bey premier souverain arabo-musulman à se rendre en France, à abolir l’esclavagisme, à mettre en place une monarchie constitutionnelle et à constituer une école polytechnique. La Tunisie, c’est la terre d’accueil de tous les révolutionnaires d’Europe de Garibaldi, les Russes Blancs de Poudouchkine et les rescapés des Brigades Internationales après la guerre civile espagnole.

La Tunisie, c’est le 4è Régiment de Tirailleurs Tunisiens. Ces tirailleurs qui ont contribué activement dans la libération de l’Europe du Sud. Ces tirailleurs qui ont écrit avec leur sang à Verdun et à Monte Cassino les plus belles pages de l’Histoire de la lutte contre le fascisme et le nazisme.

La Tunisie, c’est Habib Bourguiba, Farhat Hached, Mahmoud Materi, Béhi Ladghem, Salah Ben Youssef, Hédi Chaker, Taieb Méhiri, Mondher Ben Ammar, Taher Chénik, Albert Bessis, André Barouch, André Cohen Hadria,… pères fondateurs de la Nation Tunisienne, de l’indépendance, libérateurs de la femme et de l’Etat Tunisien moderne.

La Tunisie, c’est Habib Bourguiba qui s’il a été écouté en 1964 par les palestiniens et leurs « tuteurs », le sort du moyen orient aurait été différent de celui qu’on connait aujourd’hui.

La Tunisie, c’est Young Perez, David Bellaich (Champions mondiaux de boxe anglaise), Mohamed Gammoudi, Habib Galhia, Oussama Melloula, Habiba Ghéribi, Oussama Oueslati, Féthi Missaoui, Ines Boubakri, Marwa Amri (Champions olympiques).

La Tunisie, c’est l’amour et la joie de vivre chantés par Habiba Messika, Khémaies Tarnen, Cheikh El Ifrit, Hédi Jouini, Raoul Journou, Sadok Thraya, Albert Perez, Mohamed Jamoussi, Maurice Mimoun, Ali Riahi, Oulaya, Hassiba Rochdi,…

La Tunisie, c’est le soleil et le beau peints par les peintres de l’Ecole de Tunis : Moses Levy, Jules Lelouche, Antonio Corpora, Yahia Turki, Zoubeir Turki, Ammar Farhat, Safia Farhat, Abdelaziz Gorgi, Edgar Naccache, Ali Bellagha,…

La Tunisie, c’est la vie interprétée par Abou Kacem Chebbi, Claudia Cardinale, Ali Ben Ayed, Hichem Rostom, Moncef Souissi, Abdelkader Mekded, Habiba Msika, Nouri Bouzid, Abdellatif Khechich, Tarek Ben Ammar, Michel Boujenah, Elie Kakou, Cyril Hanouna… La Tunisie, c’est le raffinement créé par Loris Azzaro, Max Azria, Ezzzddine Alaia, Hédi Slimane,…

La Tunisie, c’est la pensée produite par Mohamed Taher et Mohamed Fadhel Ben AZcour, Taher Hadded, Youssef Seddik, Hichem Djaiet, Mustapha Fersi, Midani Ben Salah, Mohamed Laaroussi Métoui, Mohamed Mzali, Hend Azzouz, Jamila Mejri,…

La Tunisie, c’est le printemps arabe dont on cueillera tôt ou tard les fruits…

La Tunisie a façonné, façonne et façonnera encore brillamment le Monde…

Vive la Tunisie

30/11/2016

L’échec et la clochardisation d’un Etat…

L’échec d’un Etat se concrétise lorsque le sentiment d’impunité se développe parmi ses citoyens…

L’échec d’un Etat se confirme lorsqu’il devient incapable de percevoir les impôts et de lutter contre l’évasion fiscale…

L’échec d’un Etat se confirme lorsqu’il s’acharne pour décimer sa classe moyenne au lieu de s’acharner sur les barons de la contrebande…

L’échec d’un Etat se confirme lorsque le secteur informel de son économie prend le dessus sur le secteur formel…

L’échec d’un Etat se confirme lorsque des milliers de ses jeunes citoyens, qu’il est censé protéger, partent pour pratiquer le terrorisme dans un pays tiers avec l’appui de certains de ses politiques …

La clochardisation de l’Etat conduit à des nominations douteuses et incompréhensibles dans le pouvoir exécutif…

L’échec d’un Etat se confirme avec la clochardisation de son pouvoir judiciaire qui devient incapable de demander des comptes à des terroristes, des hors-la-loi et à ceux qui les cautionnent…

La clochardisation de l’Etat conduit à la constitution de forces de sécurité intérieures à l’image d’une armée mexicaine : Plus d’officiers que de soldats…

La clochardisation d’un Etat se confirme lorsque des syndicats destituent des ministres dont les seuls méfaits sont de faire face aux caprices de ces mêmes syndicats…

La clochardisation d’un Etat conduit à miner par la corruption son bassin minier censé profiter à tous ses citoyens…

16/05/2016

Ce que j'attends des municipales...

Nul ne conteste que les trois dernières échéances électorales, même si elles ont permis d'enraciner de plus en plus la démocratie dans notre pays, n'ont pas été à la hauteur des attentes des tunisiens qui n'ont vécu depuis 2011 que des années de disettes générées essentiellement pas la gestion désastreuse des affaires de l'Etat par la défunte Troïka. 

Les élections de 2014 n'ont pas non plus soulagé les douleurs des tunisiens qui continuent de payer quotidiennement un lourd tribut, perceptible à travers l'érosion du pouvoir d'achat, l'agonie de la classe moyenne et l'insécurité causée par le terrorisme. Après ces élections, le sentiment d'avoir été bernés par les politiques de tous bords n'est que de plus en plus fort chez les tunisiens : éclosion d'un affairisme douteux, une justice de plus en plus étouffée par le pouvoir exécutif qui privilégie une coalition politique fragile et contre nature générant un sentiment d'impunité...

Les prochaines élections municipales, une planche de salut est tendue encore une fois aux politiques , et je crois que ça sera la dernière, pour expier leurs pêchés envers les tunisiens. Ces élections, contrairement aux précédentes, sont de nature à améliorer sensiblement le quotidien des tunisiens. Ces leviers d'amélioration : la bataille contre l'anarchie, la non application de la loi et la préservation de l'environnement auront des impacts significatifs pour rendre les agglomérations tunisiennes des endroits où il fait bon d'y vivre.

Je rêve de rues dont les trottoirs sont ombragés par de beaux arbres, je rêves de rues bien tracées et sans nid de poules, je rêve d'un modèle urbanistique s'inspirant de notre héritage culturel, je rêve de halles respectant le commerçant et le consommateur, je rêve d'espaces verts et de parcours de santé à profusion,.... Je rêve encore et encore...